LA MODE

La mode (ou les modes), et plus précisément la mode vestimentaire, désigne la manière de se vêtir, conformément au goût d’une époque dans une région donnée. C’est un phénomène impliquant le collectif via la société, le regard qu’elle renvoie, les codes qu’elle impose et le goût individuel.

La mode concerne non seulement le vêtement mais aussi les accessoires, le maquillage, le parfum et même les modifications corporelles. Les facteurs déterminant la mode sont parfois une recherche esthétique (notamment pour les grands créateurs). Néanmoins, la mode est aussi déterminée par d’autres facteurs, pour ceux qui la suivent : un moyen d’affirmer son rang social, son groupe social, son pouvoir d’achat et sa personnalité ; ou bien pour les créateurs qui imitent, un moyen commode de gagner de l’argent et du succès.

La notion de mode ne saurait être appréhendée sous un angle utilitariste. Elle dépasse en effet amplement la nécessité de se vêtir. Ce phénomène de la mode a longtemps été le privilège de l’aristocratie à la Cour et des classes aisées imitant les modes de la Cour avant de se populariser et de devenir un phénomène de masse. Ainsi le terme apparaît en 1482 et désigne les changements dans les détails du vêtement réservé à l’élite et l’expression « la nouvelle mode » devient dès 1549 « être à la mode »1.

Le XVIe siècle marque la naissance des premiers  » journaux de mode  » , notamment des gazettes peu illustrées. La galerie des modes et costumes français est ainsi publiée dès 1778. C’est également à cette époque qu’apparaissent ce que l’on appelle alors les « poupées de France » . Il s’agit de figurines habillées que les dames prennent plaisir à se présenter et à s’échanger entre elles à l’occasion de rencontres afin de découvrir et de faire découvrir la mode qui ne dispose pas encore de canaux de diffusion à grande échelle. Ce n’est en effet qu’avec l’apparition de la photo illustrant les magazines au XIXe siècle que prend l’essor de la presse féminine2, la mode masculine jusqu’alors assez figée ne se développant vraiment qu’au début du XXe siècle, comme l’illustre la revue de mode Adam lancée en 1925 par Edmond Dubois3 et s’adressant à la clientèle fortunée des tailleurs4.

Au début du XIXe siècle, les premiers magasins de vêtements à prix réduit voient le jour.

On peut commencer à parler d’histoire de la mode et l’analyser à partir du XIXe siècle avec le créateur Charles Frédéric Worth qui eut le premier l’idée, vers 1858, de faire défiler ses modèles sur de vraies femmes (alors appelées sosies) dans des salons où les clientes venaient choisir.

Auparavant, on peut parler de modes portées à la Cour et de costumes régionaux, mais ceci appartient à l’Histoire du costume et se compte en siècles alors que la mode s’évalue en décennies. L’homme, cependant, dès la Préhistoire, a aimé s’orner. Et si le vêtement fait pour partie son apparition pour se garantir des intempéries dans les climats froids, les populations des climats tempérés ou chauds ont toujours aimé s’orner de pagnes végétaux, plumes et breloques de toutes sortes; il n’entrait pas là de raison purement fonctionnelle, le narcissisme et la séduction avaient déjà leur part.

Le vêtement, lui, est apparu pour des raisons initialement fonctionnelles : de nouveau pour se protéger des intempéries et des agressions extérieures mais également pour protéger son corps du regard des autres en respectant la pudeur et en ménageant les attitudes de séduction. Puis, au fur et à mesure, il a été étoffé, décoré, et accompagné d’accessoires. On va commencer à porter des bijoux, à se maquiller et à se parfumer ; c’est à ce moment qu’on ne parle plus seulement de vêtement, qui a d’abord un but fonctionnel, mais de mode, qui a des fins plus séductrices.